ApéritifActualités Faits Divers 

Un salarié se fait virer car il refuse de participer aux apéros organisés par son entreprise

Cubik Partners avait licencié son directeur en 2014 pour motif d’« insuffisance professionnelle » et de ne pas assumer les valeurs « fun » de l’entreprise…

Le 9 novembre dernier, la justice française a considéré le licenciement de ce salarié comme injustifié, estimant que les motifs invoqués par l’entreprise n’étaient pas fondés, selon un jugement rendu par la Cour de cassation de Paris.

« Son refus de participer aux séminaires et aux pots de fin de semaine » a causé son licenciement  

Jugeant son licenciement abusif, le salarié de cette société de conseil a aussitôt saisi le conseil des prud’hommes.

Il estime avoir été licencié suite à un « comportement critique et son refus d’accepter la politique de l’entreprise basée sur l’incitation à divers excès » et la participation « aux séminaires et aux pots de fin de semaine ».  

La Cour de cassation a rendu illicite le motif du licenciement…

Des apéros qui généraient « fréquemment une alcoolisation excessive encouragée par les associés qui mettaient à disposition de très grandes quantités d’alcool, et par des pratiques prônées par les associés liant promiscuité, brimades et incitation à divers excès et dérapages ».

Une « culture de l’apéro » à laquelle refusait d’adhérer le salarié…

La Cour de cassation a rendu illicite le motif du licenciement…

Articles similaires