Aéroport de NantesActualités Faits Divers 

Une centaine de personnes en pyjama à l’aéroport de Nantes

Une petite centaine de personnes se sont allongées en plein milieu de l’aérogare de Nantes, ce dimanche après-midi.

Ce dimanche après-midi, une petite centaine de manifestants ont participé à « une sieste collective » à l’aéroport de Nantes pour dénoncer « l’impact de l’aviation sur nos vies ».

Ils se sont allongés en pyjama sur le carrelage au son d’une contine. Certains portaient des peignoirs en flanelles, d’autres des bonnets de nuit ou des chaussons. D’autres sont également venus équipés d’oreillers et de grosses peluches.

Une « sieste collective »

« Nous organisons cette sieste collective pour dénoncer l’impact de l’aviation sur nos vies et notamment les nuisances sonores, dûes à un couvre-feu qui n’est pas respecté, explique Gwendoline Monnier, porte-parole du collectif pour la réduction du trafic aérien et membre d’Alternatiba ».

Malgré l’instauration d’une limitation des vols entre minuit et 6 heures du matin depuis le mois d’avril, ces manifestants déclarent toujours entendre des avions atterrir et décoller en pleine nuit. 

Selon la DGAC, 203 manquements à la réglementation ont été constatés sur les six derniers mois.

Une bataille de polochons dans l’aéroport

« L’organisation mondiale de la santé préconise huit heures de sommeil par nuit, nous demandons donc un élargissement du couvre-feu, entre 23 heures et 7 heures », poursuit Gwendoline Monnier.

Ces « dormeurs » ont chanté plusieurs chansons et se sont livrés à une bataille de polochons quand certains sont apparus déguisés en avion.

Ils demandent l’arrêt de la croissance du secteur, la suppression des vols courts, la régulation des vols pour affaires, ou encore l’abandon du projet de réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique. 

Articles similaires